Mon compte Je m'abonne
logo Fiches pratiques

Comment utiliser le plan comptable général ?

Pour établir leurs comptes annuels, les entreprises doivent utiliser le plan comptable général. De quoi s'agit-il ? Comment l'utiliser ? Réponses.

Crée le 25 mai 2021

Plan comptable général : utilité et utilisation
© Jérôme Rommé
Plan comptable général : utilité et utilisation

Plan comptable général : c'est quoi ?

En matière de comptabilité, les entreprises doivent respecter certaines normes comptables et règles de présentation. Ces dernières sont regroupées dans le plan comptable général ou PCG.

Définition du plan comptable général

Adopté par l'Autorité des normes comptables, le plan comptable général ou PCG désigne un document regroupant l'ensemble des normes comptables et des règles de présentation des comptes annuels d'une entreprise (compte de résultat, bilan comptable, annexe légale, etc.). Tous les comptes comptables nécessaires pour l'établissement de la comptabilité d'une entreprise y sont inscrits. Le PCG s'adresse à toutes les entreprises qui doivent établir des comptes annuels :

  • Sociétés commerciales ou industrielles, peu importe leur forme ;
  • Associations soumises à l'IS ;
  • SCI soumises à l'IS ;
  • Professionnels libéraux imposés dans la catégorie des BNC ;
  • Entreprises imposées dans la catégorie des BIC.

Toutes les entreprises sont tenues de respecter les règles inscrites dans le PCG. Ce document est cependant adaptable aux besoins spécifiques de certains secteurs d'activité (hôtellerie, société d'assurances, notaires, etc.). Ces adaptations ne doivent pas être contradictoires avec le PCG.

Utilité du plan comptable général

Le plan comptable général présente différentes utilités. Ce document constitue en effet un rappel des objets et principes de la comptabilité. Le PCG définit également les principales notions utilisées en comptabilité. Précisant les règles de tenue des comptes, ce document fournit la nomenclature complète de ceux-ci. Il décrit également les documents de synthèse. Par ailleurs, le PCG permet d'améliorer les connaissances comptables. Certaines règles spécifiques de comptabilisation sont inscrites en annexe.

Plan comptable général : comment l'utiliser ?

Pour tenir une comptabilité irréprochable, savoir utiliser correctement le plan comptable général est nécessaire.

Que contient le plan comptable général ?

En plus de la définition des concepts indispensables en comptabilité (bilan, passif, actif, etc.) et des règles de tenue des comptes, le plan comptable général comporte également la classification des différents comptes comptables. Ces derniers sont répartis en 9 classes :

  • Classe 1 : les comptes de capitaux ;
  • Classe 2 : les comptes d'immobilisation ;
  • Classe 3 : les comptes de stocks, et en-cours ;
  • Classe 4 : les comptes de tiers ;
  • Classe 5 : Les comptes financiers ;
  • Classe 6 : les comptes de charges ;
  • Classe 7 : les comptes de produits ;
  • Classe 8 : les comptes spéciaux ;
  • Classe 9 : les comptes analytiques.

Les classes numérotées de 1 à 5 correspondent aux comptes de patrimoine de l'entreprise, utilisés lors de la clôture de l'exercice comptable pour réaliser le compte de bilan. Les classes 6 et 7 sont utilisées pour calculer le résultat de l'entreprise et pour établir ainsi le compte de résultat. Les classes 8 et 9 sont utilisées dans des cas spécifiques.

Comment utiliser convenablement le PCG ?

Chaque classe du PCG est établie sous forme d'arborescence avec différentes sous-classes désignées par 2 chiffres, dont le premier fait référence au numéro de la classe. Les sous-classes sont ensuite réparties en comptes à 3 chiffres, avec les 2 premiers chiffres correspondant à ceux de la sous-classe.

Exemple :

  • Classe 6 : Compte de charges ;
  • Sous-classe 60 : Achats ;
  • Compte 607 : Achats de marchandises.

Pour trouver le bon numéro de compte et éviter de se perdre dans les chiffres, comptes et intitulés du PCG, l'identification de la nature de l'opération comptable à classer est indispensable. Il convient avant de repérer dans l'ordre la classe de l'opération, sa sous-classe, puis le compte exact.