Mon compte Je m'abonne
logo Fiches pratiques

Qu'est-ce que la privatisation d'une entreprise ?

Au niveau national, il arrive que l'État soit contraint de procéder à la privatisation d'une entreprise publique. En quoi consiste-t-elle ?

Privatisation d'une entreprise : les points à retenir
© GoodIdeas
Privatisation d'une entreprise : les points à retenir

Les principes de la privatisation d'entreprise

La privatisation d'une entreprise publique désigne une opération destinée à transférer les actions détenues par les pouvoirs publics au secteur privé. Les autorités publiques renoncent ainsi à ses pouvoirs dans la société et ses parts de dividendes contre une somme d'argent fixée par les deux parties. Le recours à cette technique est favorisé par la recherche d'efficacité et de rentabilité d'une part. En effet, il est connu que les opérateurs privés sont plus enclins à répondre à ces préoccupations. D'autre part, la privatisation d'une entreprise publique résulte d'une décision purement financière. Elle permet de réduire, à court terme, les dettes de l'État. Il s'agit aussi d'une méthode pour trouver des moyens de financement privés sans recourir à l'emprunt. Ainsi, il s'agit d'une décision influencée par le désir de respecter les règles budgétaires. À noter que la privatisation peut concerner les entreprises publiques de divers secteurs :

  • concurrentiels ;
  • industriels ;
  • commerciaux ;
  • services publics, sociaux, éducatifs, etc.

Quels sont les effets de la privatisation d'une entreprise ?

La privatisation d'une entreprise publique impacte la vie de trois acteurs principaux :

  • l'État ;
  • l'entreprise ;
  • les clients. 

Quels intérêts pour l'État ?

L'intérêt pour l'État est strictement financier. En effet, il peut réduire durant un court ou long terme ses dettes. Les pouvoirs publics ont la possibilité de rembourser les créanciers rapidement, surtout si le pays en question traverse une crise économique. Toutefois, l'État renonce à ses dividendes en procédant à la privatisation d'une entreprise. Ainsi, l'opération n'a de sens pour le pays que si ces dividendes sont inférieurs à la charge d'intérêts de la dette et du prix de vente des actions. C'est seulement à ce moment que la privatisation peut être qualifiée de succès. L'État doit donc mettre en place une stratégie pour faire grimper le prix comme mettre en concurrence directe divers opérateurs du secteur privé.

Quels sont les impacts pour l'entreprise ?

La privatisation apporte des changements plus ou moins importants pour l'entreprise publique. Voici la liste des principaux avantages :

  • réduction ou absence du contrôle de l'État dans l'entreprise ;
  • adaptation de l'entreprise aux mécanismes du marché ;
  • augmentation des investissements des actionnaires ;
  • plan de financement plus intéressant ;
  • mise en place de réglementations tournées vers l'optimisation des profits pour les investisseurs ;
  • révision des règles internes puisque la réglementation étatique laisse place aux instruments législatifs destinés au secteur privé ;
  • multiplication des financements privés;
  • ouverture plus généralisée à la concurrence. 

Quels risques pour les clients ? 

Pour les clients, l'impact d'une privatisation se ressent généralement au niveau des tarifs des services proposés. L'entreprise publique devient logiquement une société privée. Toutefois, les sociétés privées ont besoin de davantage de fonds pour fonctionner correctement, ce qui implique l'augmentation des prix proposés. Les clients peuvent quand même s'attendre à un prix acceptable si l'entreprise fait face à des concurrents capables de l'obliger à réduire ses tarifs. Dans le cas d'un monopole total, le pouvoir public doit mettre en place une régulation des prix pour ne pas pénaliser les clients. Cependant, la réglementation ne doit pas être trop stricte pour éviter d'effrayer les acheteurs potentiels. Une opération de privatisation doit être considérée au cas par cas pour trouver l'équilibre entre ce qui est bon avantageux l'État, l'entreprise et les clients.