Mon compte Je m'abonne
logo Fiches pratiques

Qu'est-ce qu'un amortissement variable ?

L'amortissement variable est un système utilisé pour amortir les biens d'une entreprise. En quoi il consiste ?

  • Imprimer

Crée le 17 juin 2020

Les principes de l'amortissement variable
© MQ-Illustrations
Les principes de l'amortissement variable

En quoi consiste l'amortissement variable ?

Une entreprise dispose de diverses façons pour amortir ses biens. Il s'agit des méthodes d'amortissement dégressif, linéaire ou variable. Cette dernière consiste en l'amortissement d'un bien sur la base des unités d'ouvre consommées. Pour faciliter le calcul du coût de revient, les unités d'ouvre doivent être fixes. En effet, ces dernières permettent de calculer le coût de revient d'un bien ou d'une prestation.

Dans la pratique, l'amortissement variable consiste à évaluer l'évolution de la valeur d'un bien selon la nature de son utilisation. À titre d'exemples, l'amortissement d'une voiture est amorti par rapport à la distance parcourue. Une machine, quant à elle, est amortie en fonction du nombre de pièces fabriquées. Point important, ce type d'amortissement convient uniquement aux immobilisations permettant un prévisionnel précis.

Les diverses étapes pour calculer l'amortissement variable

Le calcul de l'amortissement variable nécessite la réalisation de trois étapes spécifiques : la définition de l'unité d'ouvres, la planification du rythme de consommation des avantages économiques et le calcul de l'annuité.

Détermination de l'unité d'ouvres

Puisque l'amortissement variable d'un bien dépend de l'unité d'ouvres, il est essentiel de définir sa nature. D'autant plus qu'elle peut varier en fonction du type de l'immobilisation à amortir. Il peut s'agir d'une unité de temps, de mesure, de distance ou d'une unité quantifiable comme le nombre de pièces fabriquées.

Planification du rythme de consommation des avantages économiques

Généralement, les biens d'une entreprise apportent des avantages économiques. Au cours de la vie de la société, il arrive que ces mêmes biens, même utilisés, cessent de générer du profit. Dans ce cas-ci, ils consomment toujours des unités d'ouvre. Cette planification concerne ainsi le calcul de ces unités d'ouvre consommée pour ensuite les répartir sur les exercices comptables.

Détermination de l'annuité d'amortissement

Pour calculer l'annuité d'amortissement, il est d'abord nécessaire de déterminer la base amortissable, les unités d'ouvre consommées et les unités d'ouvre. Dans le domaine de l'amortissement comptable, la base amortissable est la valeur d'un bien diminuée de sa valeur estimative à l'issue de la période d'amortissement. Les unités d'ouvre consommées désignent le temps d'utilisation ou la distance parcourue dans le cas d'une voiture de fonction. En ce qui concerne les unités d'ouvre totale, il s'agit de la durée de vie estimée du bien. Après la détermination de ces éléments, il est possible de calculer l'annuité d'amortissement en appliquant la formule suivante :

Annuité d'amortissement = Base amortissable x Unités d'ouvres consommées/Unités d'ouvres totales.

Fiscalité de l'amortissement variable 

La pratique de l'amortissement variable est autorisée dans le domaine de la comptabilité. La doctrine fiscale l'accepte également, mais sous certaines conditions. En effet, cette méthode d'amortissement est seulement applicable pour les moules conçus pour un marché spécifique ou la fabrication de produit. Les biens en question doivent également permettre un prévisionnel. Si les biens à amortir ne respectent pas ces conditions, les responsables de l'entreprise doivent choisir d'autres méthodes d'amortissement comptable :

  • L'amortissement linéaire qui répartit la diminution de la valeur par annuité pendant la durée de vie de l'immobilisation ;
  • L'amortissement dégressif qui est l'une des méthodes permettant d'amortir rapidement un bien ;
  • L'amortissement exceptionnel ou accéléré qui est un régime accordé par l'administration fiscale en réponse à une demande de l'entreprise. Celui-ci est applicable pour les investissements en matériel agricole ou les nouvelles technologies.