Mon compte Je m'abonne
logo Fiches pratiques

Comment la gestion des stocks est-elle un maillon important de la satisfaction client ?

La gestion des stocks et la satisfaction client sont liées, et optimisées par des méthodologies spécifiques. Tous les détails !

Optimisation de la gestion des stocks : comment améliorer la satisfaction client ?
© onephoto
Optimisation de la gestion des stocks : comment améliorer la satisfaction client ?

Quelle est la relation entre gestion des stocks et satisfaction client ?

La gestion des stocks ne s'arrête pas à l'inventaire au sein de son espace de stockage. Cette discipline consiste à optimiser les marges par rapport aux coûts à travers :

  • Une maîtrise de l'approvisionnement ;
  • Un turn-over le plus efficient possible ;
  • Un inventaire de qualité.

Ces aspects impactent de manière conséquente sur la clientèle. En effet, un stock juste permet une meilleure satisfaction client.

Comment optimiser la relation entre gestion des stocks et satisfaction client ?

La relation existante entre la gestion des stocks et la satisfaction client est de plus en plus incontournable.

Une transformation digitale de la gestion des stocks

À l'origine d'une mutation en profondeur du monde de l'entreprise, la transformation digitale s'adresse également à la gestion des stocks. Les logiciels spécifiques à ce domaine particulier sont nombreux, mais leur performance se mesure à :

  • Une faculté de fournir la quantité exacte au moment voulu ;
  • Un suivi et un historique détaillé du mouvement des stocks, en temps réel ;
  • Une facilité à maîtriser les coûts ;
  • Un gain de temps par rapport à l'organisation mise en place.

De meilleures méthodes de gestion de stock

Des paramètres importants sont à prendre en compte pour optimiser la gestion des stocks, dans le but de satisfaire au mieux la clientèle. Il s'agit de la gestion économique des stocks permettant d'optimiser chaque type de modèle de gestion des stocks.

  • Les tableaux de bord pour suivre en temps réel l'évolution ainsi que la variation des stocks et faciliter la prise de décision de réapprovisionnement ;
  • La méthode de Juste à Temps (JAT) afin de ne passer des commandes de matières premières ou autres qu'au moment où l'entreprise pense les utiliser ;
  • La méthode du Kanban, qui permet d'orienter la gestion des stocks sur un JAT par étiquettes, en se basant sur une approche Lean, une amélioration continue de la gestion du gaspillage issu d'un flux tiré par le volume de consommation ;
  • Une analyse financière adaptée et orientée vers l'interprétation du ratio de rotation de stock ;
  • Des données disponibles pour toute l'entreprise. L'état des stocks disponibles pour tous les services au sein d'une entreprise permet d'optimiser la stratégie commerciale. En parallèle, la capacité de production ainsi que le délai de livraison seront améliorés ;
  • Une meilleure anticipation de la rupture de stock en créant un stock de sécurité, un pool stock et un stock de découplage.

Gestion des stocks : les risques à éviter, qui impactent sur la satisfaction client

Qu'il s'agisse de matières premières, de produits consommables achetés, de produits manufacturés, de produits défectueux ou sous-traités, il est nécessaire d'évaluer les risques liés à leur stockage. Les risques induits par une mauvaise gestion de stocks détériorent le niveau de satisfaction client et se résument essentiellement à un non-respect des principes des stocks équilibrés.

  • La rupture de stock

La rupture se décrit à travers une absence temporaire ou définitive d'un ou plusieurs éléments des stocks.

  • Le surstockage

Le surstockage résulte d'erreurs liées aux commandes ou d'une mauvaise estimation des ventes. Il concerne les produits immobilisés et inutiles.

  • Le sous-stockage

Le sous-stockage se définit par une faiblesse significative du niveau des stocks. Les causes sont multiples, dont un arrêt de la production, des articles non disponibles à la commande, etc.

  • Les stocks dormants

Véritable bête noire des comptables, les stocks dormants se présentent sous tout type de formes : matière première, produits semi-finis ou finis. Ils résultent d'une faille au sein de la chaîne de la logistique, des retours clients, de l'effondrement du volume global des ventes, entre autres. De plus, ils occasionnent un surcoût pour l'entreprise.