Mon compte Je m'abonne
logo Fiches pratiques

Quels sont les différents indicateurs de pilotage en comptabilité ?

Pour faciliter la prise des décisions, les entreprises ont besoin d'indicateurs de pilotage. De quoi s'agit-il ? Comment les choisir ?

Crée le 18 mai 2021

Comptabilité : quels sont les indicateurs de pilotage ?
© MIND AND I
Comptabilité : quels sont les indicateurs de pilotage ?

C'est quoi un indicateur de pilotage ?

Les dirigeants d'entreprise ont besoin d'un tableau de bord de gestion pour évaluer l'état de la structure qu'ils pilotent et déployer ainsi une stratégie pertinente pour manager efficacement l'activité commerciale. De manière générale, ce tableau doit préciser la performance et le pilotage de l'entreprise. Ainsi, il doit être constitué de deux indicateurs, à savoir l'indicateur de performance et l'indicateur de pilotage.

Les indicateurs pris en compte peuvent varier suivant le secteur d'activité et les priorités de l'entreprise.

La différence entre l'indicateur de pilotage et l'indicateur de performance

Les indicateurs de performance clés ou kpi permettent de mesurer le niveau de performance de l'entreprise par rapport à ses objectifs. Quant aux indicateurs de pilotage, ils renseignent sur l'état d'avancement des plans d'action.

Comment choisir les indicateurs de pilotage ?

Les indicateurs de pilotage doivent être :

  • Clairs et le moins nombreux possible ;
  • En lien direct avec les actions à entreprendre ;
  • Prédictifs.

Quels sont les principaux indicateurs de pilotage ?

Les indicateurs financiers sont des indicateurs de pilotage efficaces. Il en existe plusieurs. Cependant, pour piloter au plus près l'activité de l'entreprise, les indicateurs financiers ci-dessous sont à suivre.

Le fonds de roulement

Le fonds de roulement (FR) représente la réserve financière à la disposition de l'entreprise pour assurer son exploitation courante. Il permet de déterminer si les capitaux permanents à savoir les emprunts et les capitaux propres sont suffisants pour financer les immobilisations. Si le FR est négatif, la réserve financière de l'entreprise est insuffisante. Ainsi, la structure est sous-capitalisée. Le fonds de roulement est égal à la différence entre les capitaux permanents et les actifs immobilisés (matériel, immobilier, etc.). De manière générale, il doit être calculé tous les ans. Toutefois, en cas d'évolution des capitaux permanents ou des actifs immobilisés en cours d'année, le FR doit être recalculé.

Le besoin en fonds de roulement

Le besoin en fonds de roulement (BFR) désigne les ressources nécessaires pour financer le cycle d'exploitation de l'entreprise. Il est nécessaire de le calculer tous les mois et mettre en place des actions correctives en cas de besoin. Voici la formule pour le calculer :

          BFR = actif circulant - passif circulant

L'actif circulant est la somme des créances clients et des stocks. Le passif circulant correspond aux dettes de l'entreprise.

Pour améliorer le BFR, il convient d'évaluer la rotation des stocks et le délai de paiement des clients.

La trésorerie nette

La trésorerie nette (TN) est la différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement. Concrètement, elle permet d'analyser les ressources financières de l'entreprise par rapport à ses besoins. Si la trésorerie nette est négative, il existe un grand risque d'insolvabilité. Selon la nature de l'activité et l'état de la trésorerie de l'entreprise, elle peut être suivie quotidiennement ou mensuellement.

Le seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité représente le seuil de chiffre d'affaires à partir duquel les recettes couvrent toutes les charges et l'entreprise commence à réaliser des bénéfices. Voici comment le calculer :

Seuil de rentabilité = charges fixes / taux de marge sur coûts variables

Le taux de mariage sur coûts variables correspond à la différence entre le chiffre d'affaires hors taxe et les charges variables divisée par le chiffre d'affaires hors taxe multiplié par 100.

L'excédent brut d'exploitation

L'excédent brut d'exploitation (EBE) désigne les bénéfices bruts d'exploitation. Il permet de savoir si l'activité de l'entreprise est rentable. Il ne prend en compte ni les amortissements ni les charges et produits exceptionnels ni la politique d'investissement de l'entreprise.