Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 30/04/2015

Comprendre la validation des acquis de l'expérience (VAE)

La validation des acquis de l'expérience (VAE) est un dispositif permettant aux professionnels de sanctionner par un diplôme une activité professionnelle correspondante. Cette démarche est possible pour tout salarié, quel que soit son statut ou son ancienneté.

La VAE offre au salarié la possibilité de traduire en diplôme les compétences acquises en entreprise.

© thodonal

La VAE offre au salarié la possibilité de traduire en diplôme les compétences acquises en entreprise.

1. Pourquoi proposer une VAE à ses salariés

Proposer une VAE à ses employés est un moyen de leur faire acquérir le titre du diplôme correspondant à leurs compétences. C'est un mode de fidélisation des salariés, de valorisation de leur travail, mais aussi une façon de faire émerger les profils qui, demain, seront nécessaires à la stratégie de développement de l'entreprise.

La VAE est :

  • une reconnaissance ;
  • un diplôme ;
  • un moyen d'accéder à des niveaux d'études supérieures.

La VAE n'est pas :

  • une formation ;
  • une progression en termes de compétences.

L'employé qui effectuera une VAE ne suivra pas de cours, mais devra présenter un dossier devant un jury, avec parfois un mémoire à rédiger. Le jury conclura ou pas à l'équivalence de diplôme à partir de ce dossier.

2. Comment se passe une VAE ?

Une validation des acquis de l'expérience se passe en trois grandes étapes :

  • le salarié prend rendez-vous dans une structure d'information VAE (PRC) et recherche la certification correspondant au diplôme souhaité. Il doit s'agir d'un diplôme déposé au RNCP, répertoire national des certifications professionnelles ;
  • il va prendre contact avec l'organisme délivrant le diplôme et faire une demande de recevabilité ;
  • le salarié va retirer le premier dossier de recevabilité et le travailler avec un conseiller référent.
  • si le dossier est reçu, il travaillera ensuite sur le dossier à présenter devant le jury de l'organisme formateur ;
  • le salarié passe en soutenance devant le jury, qui lui délivre ou pas l'équivalence du diplôme.

Dans tous les cas, 3 ans d'expériences professionnelles dans le domaine concerné sont nécessaires pour prétendre à une VAE. Pour un salarié en CDD, 24 mois d'expérience salariée sont nécessaires sur les 5 années précédentes.

3. Comment proposer une démarche de VAE à ses salariés

Une démarche de VAE peut être proposée dans le cadre du plan de formation, mais elle ne peut se faire sans l'accord du salarié. Une convention sera à signer entre l'entreprise, le salarié et l'organisme qui délivre la certification professionnelle.

Durant les sessions, le salaire sera maintenu par l'entreprise. Les frais demandés par l'organisme certificateur ainsi que le maintien de salaire pourront être pris en charge par l'OPCA.

4. La VAE à l'initiative du salarié

Un salarié peut mettre en place une démarche de VAE de sa propre initiative. Il peut bénéficier d'un congé de 24 heures pour assurer ses sessions. Il doit respecter la procédure suivante :

  • Il doit faire la demande 60 jours avant le début de la formation ;
  • l'entreprise a 30 jours pour répondre ;
  • elle peut repousser de 6 mois maximum l'accord d'absence ;
  • l'OPCA peut prendre les frais engagés par le salarié à sa demande.