Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 11/03/2016

Où délocaliser son entreprise

Lourdeurs administratives, fiscalité peu avantageuse ou recherches d'économies sont autant de motifs qui peuvent conduire les dirigeants à délocaliser à l'étranger. Cependant, la décision de l'implantation dans un autre pays ne doit pas se prendre à la légère. De nombreux points doivent être préalablement étudiés avant de concrétiser ce choix.

Avant de délocaliser, il est indispensable de réaliser un audit de l'activité et de se poser un certain nombre de questions.

© Jakub Jirsak

Avant de délocaliser, il est indispensable de réaliser un audit de l'activité et de se poser un certain nombre de questions.

1. Les critères liés à l'activité de l'entreprise

Avant de s'interroger sur les atouts que peut offrir un pays dans le cadre d'un transfert de siège social, il est indispensable de réaliser un audit de l'activité et de se poser un certain nombre de questions :

  • Où se situent le marché et les débouchés économiques de l'entreprise ?
  • Quelles sont les branches de l'activité que l'on souhaite délocaliser ?
  • Où se situent les fournisseurs ? L'entreprise a-t-elle massivement recours à l'importation ?
  • Où l'entreprise s'approvisionne-t-elle en matières premières ?
  • Quel type de main-d'oeuvre est nécessaire à l'activité ? Le degré technologique de l'entreprise exige-t-il des collaborateurs très qualifiés ou une main-d'oeuvre nombreuse mais peu qualifiée ?
  • Les marges de l'entreprise justifient-elles une recherche d'économies substantielles ?
  • Enfin, il faut bien sûr en dernier lieu déterminer le budget disponible pour délocaliser à l'étranger son entreprise, les investissements pouvant rapidement être coûteux.

2. Les critères liés au pays de destination

Outre les variables directement liées à l'activité, le choix d'un pays pour délocaliser son entreprise dépend aussi bien entendu de ce que le pays de destination a à offrir, en matière économique, réglementaire, fiscale ou juridique :

  • les dispositifs d'aide à la création d'entreprise,
  • la facilité d'accès au crédit bancaire,
  • la politique fiscale et les taux de prélèvements obligatoires,
  • les coûts de production,
  • la flexibilité du droit du travail,
  • etc.

Une fois le diagnostic interne et externe effectué, il est alors possible d'établir une liste des pays répondant aux différents critères exigés.

3. Les délocalisations en UE

Contrairement aux idées reçues, les délocalisations d'entreprise ne se font pas que dans les pays émergents. Les pays de l'Union européenne accueillent ainsi majoritairement les transferts d'établissement des entreprises françaises (plus de 60 % des opérations). Les délocalisations en UE sont dans la plupart des cas motivées par une fiscalité plus intéressante, ainsi que par des conditions plus favorables pour les affaires : droit du travail plus souple, qualité de l'environnement contractuel et juridique, etc.

4. Les délocalisations hors UE

À l'inverse, les délocalisations hors UE (l'Afrique, l'Inde et la Chine plus particulièrement) sont généralement liées à la recherche de coûts bas : coûts de la main-d'oeuvre, mais aussi coûts de production. Enfin, les délocalisations dans les pays émergents trouvent aussi souvent leur motivation dans une volonté de se rapprocher de marchés à fort potentiel.