Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 23/12/2015

Comment optimiser la délivrabilité de l'e-mailing

Une fois le contenu de l'e-mail marketing rédigé et maquetté, il reste à l'acheminer... Un défi qui consiste essentiellement à éviter certains pièges qui pourraient bien le marquer définitivement comme du spam.

Pour assurer la bonne délivrabilité des e-mails, quelques astuces tant au niveau de la forme que du contenu sont à appliquer.

© psdesign1

Pour assurer la bonne délivrabilité des e-mails, quelques astuces tant au niveau de la forme que du contenu sont à appliquer.

1. Une base d'e-mails mise à jour

Pour ne pas être considéré comme un spammeur, il est important de gérer correctement les désinscriptions, sous peine de se retrouver sur la liste noire des filtres anti-spam. Pour cela, il faut proposer un lien de désinscription, et ne pas laisser les demandes en attente.

De plus, un grand nombre d'e-mails non réactifs encombre la base de données inutilement.

Si le taux d'ouverture est très faible, c'est peut-être que des internautes classent automatiquement les e-mails de campagne dans la boîte de spam. Pour contourner ce problème, il est conseillé de faire le ménage, en supprimant des destinataires qui n'ouvrent jamais les e-mails.

2. Pas d'objet racoleur

Il faut surtout éviter d'être trop " commercial " dans l'objet de l'e-mail. En plus de lasser l'internaute, l'envoi serait automatiquement bloqué par les filtres anti-spam, ou blacklisté par les fournisseurs de messagerie. Voici les éléments à proscrire dans l'objet de l'e-mail :

  • Les expressions comme " Achetez ", " Promotion " ou " Moins 50% " ;
  • Les mots en majuscule ;
  • Les chiffres en début d'objet.

3. Utiliser les tests A/B pour améliorer le taux d'ouverture

Même si l'e-mail marketing reste un exercice difficile, les outils de suivi statistique permettent d'ajuster et d'améliorer le contenu de l'e-mail. C'est d'autant plus vrai si l'on travaille sur un gros volume d'e-mails, avec à la clé des statistiques détaillées sur le taux d'ouverture ou le taux de clic. En outre, les tests A/B permettent de tester l'efficacité d'un objet avec une précision scientifique : il s'agit d'envoyer un type d'objet à la moitié des e-mails, et un autre type d'objet à l'autre moitié. Les statistiques d'ouverture comparées permettent de déterminer précisément quel type d'objet a eu le plus de succès.

4. Rester sur la liste blanche

Les gestionnaires de webmail et les fournisseurs d'accès internet (FAI) tiennent à jour des listes blanches, où sont recensés les émetteurs d'e-mail autorisés. A l'inverse, il faut à tout prix éviter de se retrouver sur leur liste noire. Pour cela, certaines bonnes pratiques sont à respecter pour réussir sa campagne d'e-mail marketing :

  • Opter pour un objet peu racoleur ;
  • Envoyer un e-mail conforme techniquement : avec des images légères, sans code UTF-8 pour les caractères ;
  • Passer par un prestataire : des professionnels de l'e-mailing, déjà sur liste blanche, seront capable d'envoyer un grand nombre d'e-mails selon les normes en vigueur ;
  • Eviter les trop gros volumes : au-delà du millier de mails, on est vite marqué comme spammeur. Il est plus judicieux d'espacer les envois dans le temps.