Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 27/05/2015

Comment diversifier sa politique de rémunération

Diversifier sa politique de rémunération permet au chef d'entreprise d'augmenter la satisfaction des salariés tout en choisissant le modèle le plus intéressant financièrement.

Intéressement, participation et avantages sociaux sont autant de possibilités pour le chef d'entreprise de diversifier sa politique de rémunération.

© beeboys

Intéressement, participation et avantages sociaux sont autant de possibilités pour le chef d'entreprise de diversifier sa politique de rémunération.

1. Définir ses salaires de base

La première étape pour diversifier sa politique de rémunération est de définir pour tous les salariés un salaire de base. Ce salaire de base se calcule sur plusieurs indicateurs.

  • D'une part, il faudra tenir compte des normes définies par les accords de branche pour la valorisation du salaire de base en fonction du poste occupé.
  • D'autre part, il faudra fixer ce salaire en fonction des normes définies par le marché et la zone géographique occupée.

2. Inclure une part de variable dans ses rémunérations

Pour diversifier sa politique de rémunération, inclure une part de variable permet de maintenir la motivation et vos salariés et de les motiver en fonction d'objectifs quantitatifs et qualitatifs.

Pour cela, deux systèmes sont possibles :

  • soit les commissions. Plafonnées ou pas, elles sont par exemple un pourcentage de chiffre d'affaires perçu sur chaque vente pour un commercial ;
  • soit les primes. Le système de prime est plus global que celui des commissions et est indexé sur des objectifs généraux qualitatifs et quantitatifs.

Il s'agit de démarches différentes qui agissent sur des leviers de motivation distincts.

3. Intéresser ses salariés aux bénéfices de la société

On parle d'intéressement et de participation pour nommer des dispositifs d'épargne d'entreprise mis à disposition pour les salariés.

  • Il s'agit dans le cas de la participation de redistribution de bénéfices aux salariés ;
  • L'intéressement, lui se distingue par un objectif de performance à atteindre qui conditionne la redistribution.
  • Les calculs de la participation et de l'intéressement ne sont soumis à aucun paramètre légal.
  • Au niveau des modalités de mise en oeuvre, participation et intéressement disposent de spécificités. Pour les entreprises de plus de 50 salariés, la participation est un dispositif obligatoire et doit faire l'objet de négociations. La distribution de l'intéressement en revanche reste à la discrétion de l'employeur.

4. Proposer à ses salariés des avantages en nature

Dans le cadre d'une politique de rémunération diversifiée, les avantages en nature peuvent représenter un complément attractif et judicieux au salaire de base. Les avantages en nature désignent trois types de contreparties :

  • ce qui se rapporte au logement du salarié ;
  • ce qui se rapporte à sa nourriture ;
  • ce qui se rapporte à son véhicule.

Les avantages en nature comptent dans le package global accordé au salarié et peuvent être des mesures avantageuses pour l'entreprise en termes financier.

5. Accorder des avantages sociaux à ses salariés

Cette composante de la rémunération est une valeur ajoutée certaine pour les salariés. Par avantages sociaux, on entend tous les dispositifs qui améliorent les conditions de vie des salariés.

Il peut s'agir de :

  • chèques emploi services ;
  • bons vacances ;
  • produits d'épargnes avantageux ;
  • mutuelle ;
  • solutions retraite.

Ces dispositifs peuvent permettre au chef d'entreprise de proposer des avantages attractifs dans des conditions financières et fiscales favorables pour lui.