Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 31/07/2015

Quel accompagnement pour le repreneur d'une entreprise

Lors de la transmission de son affaire, le chef d'entreprise a tout intérêt à épauler le repreneur en prenant le temps nécessaire pour lui communiquer son savoir technique et commercial. Il veillera aussi à expliquer le fonctionnement de l'entreprise dans les moindres détails. Il devra lui présenter les personnes clés au sein de l'entreprise, ainsi que les partenaires commerciaux.

Transmettre une entreprise, c'est également accompagner le repreneur avant qu'il ne reprenne l'entreprise de manière plus autonome.

© Sergey Nivens

Transmettre une entreprise, c'est également accompagner le repreneur avant qu'il ne reprenne l'entreprise de manière plus autonome.

1.Il est indispensable d'accompagner le repreneur après la transmission

La transmission d'une entreprise devra se faire en souplesse, réussir à trouver un repreneur pour une affaire n'est que la première étape d'un long chemin. Il faut ensuite assurer une bonne transition pour :

  • le repreneur ;
  • les salariés ;
  • les clients ;
  • les fournisseurs.

Transmettre une entreprise, c'est également accompagner le repreneur avant qu'il ne reprenne l'entreprise de manière plus autonome. Pour le vendeur, cette période de transmission doit être abordée lors de la vente des parts ou du fonds de commerce. Rassurer les repreneurs potentiels peut permettre de vendre l'affaire plus facilement.

2.Faire accompagner le repreneur par un organisme extérieur

Le nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d'entreprise (Nacre) permet à certains profils de repreneurs de bénéficier d'un accompagnement pour reprendre une entreprise. Ce dispositif dure au minimum 3 ans. En plus d'une aide juridique et stratégique, le nouveau dirigeant peut demander à un organisme de l'aider suite à la transmission d'une entreprise. Dans ce cas, le chef d'entreprise pourra prévoir une période de transition réduite.

3.Accompagner le repreneur dans le cadre du contrat de génération

Dans certains cas, il sera nécessaire d'accompagner personnellement le repreneur. Le contrat de génération permet ainsi au dirigeant d'une entreprise de moins de 50 salariés de préparer la transmission de manière optimale. Des conditions sont à remplir :

  • le chef d'entreprise doit être âgé d'au moins 57 ans
  • il doit décider de transmettre son entreprise à un jeune repreneur âgé de 30 ans au maximum.

Si ces critères sont remplis, il pourra obtenir une aide de 4 000 € par an sur 3 ans maximum et un programme de tutorat pourra être mis en place. Le chef d'entreprise devient ainsi tuteur, ce qui lui donne un statut particulier pour rester dans l'entreprise le temps de la transmission (entre 2 mois et un an). Le chef d'entreprise pourra éventuellement être rémunéré pour cette mission. Il bénéficiera d'une réduction d'impôts de 1 000 € maximum.

4. Un statut juridique pour accompagner le repreneur

Trois solutions se présentent pour le chef d'entreprise qui cède son affaire :

  • le tutorat dans le cadre du contrat de génération ;
  • devenir salarié de l'entreprise en CDD le temps nécessaire pour transmettre l'entreprise dans les meilleures conditions ;
  • créer une entreprise individuelle de conseil et devenir un prestataire de services externe à l'entreprise.