Mon compte Je m'abonne

Comment allonger les délais de règlement

Le fait d'allonger les délais de règlement oblige les fournisseurs à avoir recours à l'escompte ou à l'affacturage afin de réduire leur besoin en fonds de roulement, mais ces solutions ont un coût. Parallèlement, il parait donc judicieux de tout faire pour réduire les délais de paiement des clients.

  • Imprimer

Crée le 31 juil. 2015

Les clients importants et réguliers obtiendront plus facilement un allongement des délais de règlement.
© ege
Les clients importants et réguliers obtiendront plus facilement un allongement des délais de règlement.

1. Quels arguments utiliser pour demander à allonger les délais de règlement ?

Face à un fournisseur qui souhaite réduire les délais de paiement de ses clients, il est nécessaire de revoir les conditions de règlement. Pour effectuer cette démarche il faut regarder :

  • quel est le rapport de force entre les deux entreprises ? Les clients importants et réguliers obtiendront plus facilement un allongement des délais de règlement ;
  • les délais de paiement accordés par les concurrents ;
  • si l'assouplissement de conditions de règlement n'est que ponctuel. Dans ce cas, il est important d'expliquer les raisons de cette demande et de fixer une date de fin.

2. Que dit la loi au sujet des délais de règlement ?

Les délais de règlement ne peuvent pas dépasser soixante jours après la date d'émission de la facture ou quarante-cinq jours fin de mois, sauf exception en fonction du secteur d'activité. Dans les faits, ces règles ne sont pas toujours respectées par crainte de détériorer de la relation commerciale.

3. Quelles solutions lorsque l'entreprise ne peut pas négocier les délais de règlement

Si les conditions de règlement ne sont pas négociables, il faudra emprunter afin de régler le fournisseur à la date convenue. Il existe plusieurs solutions si le fournisseur ne souhaite pas que son poste client soit impacté :

  • Le découvert bancaire ou la facilité de caisse ;
  • Les financements à court terme ;
  • Le crédit de campagne pour les entreprises dont l'activité est saisonnière.

Si le fournisseur refuse d'avoir recours au crédit bancaire par mobilisation de créances, le client devra supporter les frais du découvert bancaire ou du crédit.

4. Le découvert autorisé ou la facilité de caisse

Le découvert autorisé ou la facilité de caisse sont des solutions coûteuses, mais sont souples et faciles à mettre en place lorsque les fournisseurs ne souhaitent pas allonger les délais de règlement.

Le découvert bancaire est souvent privilégié : il peut se prolonger tandis que la facilité de caisse a vocation à financer des décalages de trésorerie imprévus et ponctuels. Le montant du découvert bancaire autorisé est ajusté chaque année, en fonction des résultats de l'entreprise.

5. Le crédit court terme

Le crédit court terme est une solution moins souple, mais plus abordable que le découvert bancaire. Il est rarement possible de demander un crédit uniquement pour financer une partie des achats, car la plupart des banques considèrent que c'est à l'entreprise de gérer son besoin en fonds de roulement, mieux vaut anticiper et conserver sa trésorerie en demandant des prêts pour financer le matériel par exemple.

6. Le crédit de campagne

Les entreprises qui ont des activités saisonnières peuvent demander un crédit de campagne pour que la banque avance le besoin de trésorerie. Le remboursement pourra ensuite se faire lorsque les ventes auront commencé.