Mon compte Je m'abonne

Calculer son seuil de rentabilité

Savoir calculer le seuil de rentabilité de son entreprise permet de connaître le montant de ses ventes à partir desquelles on commence à dégager un bénéfice. Ce chiffre-clé est stratégique pour le chef d'entreprise, puisqu'il détermine le point de mort de son activité. A partir du seuil de rentabilité, il est possible de revoir les prix de ses produits ou le montant de ses charges, afin de réaliser des bénéfices. Cet indicateur s'obtient à partir d'éléments compris dans le compte de résultat.

  • Imprimer

Crée le 26 mars 2015

Le seuil de rentabilité indique la viabilité d'un produit ou d'une gamme.
© psdesign1
Le seuil de rentabilité indique la viabilité d'un produit ou d'une gamme.

1. Le rôle du seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité représente le niveau minimum de chiffre d'affaires que l'entreprise doit atteindre et maintenir pour couvrir ses charges fixes. En deçà, l'entreprise travaille à perte. Au seuil de rentabilité, elle équilibre tout juste ses comptes : c'est ce que l'on appelle le " point mort ". Au-delà, elle est bénéficiaire.

C'est à partir d'informations tirées du compte de résultat de l'entreprise que l'on est en mesure de calculer son seuil de rentabilité. Connaître son seuil de rentabilité permet au chef d'entreprise de corriger le prix de ses produits ou de revoir ses coûts de production, afin d'atteindre l'équilibre.

Cette estimation peut se faire à partir d'éléments connus, mais une simulation à partir de prévisions peut également être effectuée. En effet, le plus souvent, le seuil de rentabilité est basé sur des informations prévisionnelles, à partir d'hypothèses. Cela en fait un indicateur essentiel pour avoir une approche réaliste d'un projet. Ce ratio permet alors de décider ou non la commercialisation d'une nouvelle gamme par exemple, en fonction de la viabilité du projet.

2. Les éléments du calcul du seuil de rentabilité

Le calcul du seuil de rentabilité fait intervenir les éléments suivants du compte de résultat :

  • Le chiffre d'affaires : il correspond au volume des ventes hors taxes réalisées sur une période.
  • Les charges variables : elles varient en fonction de l'évolution de l'activité. On les appelle également les charges opérationnelles. Ce sont les dépenses liées directement aux ventes, comme les achats de matières ou marchandises ou le coût de leur transport.
  • Les charges fixes : elles restent constantes, quelle que soit l'évolution de l'activité. On les appelle également charges structurelles. Ce sont les dépenses incompressibles pour faire fonctionner l'entreprise.
  • La marge sur coûts variables : c'est la différence entre le niveau des ventes (chiffre d'affaires) et les charges variables.

3. Les formules du calcul du seuil de rentabilité

Le calcul du seuil de rentabilité consiste à définir le niveau de chiffre d'affaires qui permet, grâce à la marge réalisée, d'avoir les moyens de payer les charges fixes. Il s'effectue en deux temps :

  • Il faut d'abord calculer le taux de marge sur coût variable, en comparant cette marge sur coût variable au chiffre d'affaires.

Formule : Taux de marge sur coût variable = (Marge sur coût variable/Chiffre d'affaires) x 100

  • Il faut ensuite diviser les charges fixes par le taux de marge sur coûts variables.

Formule : Seuil de rentabilité = Charges fixes / Taux de marge sur coût variable

4. Un exemple de calcul du seuil de rentabilité

Prenons le cas d'un artisan, fabriquant et vendant 300 sacs, tous identiques, chaque année.

  • Charges fixes = 10 000 € par an.
  • Charges variables = 60 € par sac, soit 60 x 300 = 18 000 €
  • Prix de vente unitaire HT d'un sac = 160 €.
  • Chiffre d'affaires annuel = 300 x 160 € = 48 000 €.
  • Marge sur coûts variables = 48 000 € - 18 000 € = 30 000 €
  • Taux de marge sur coûts variables = 30 000 € / 48 000 € = 62,5 %.
  • Seuil de rentabilité = 10 000 / 0,625 = 16 000 €

À partir de 16 000 € de chiffre d'affaires, l'entreprise est rentable. Cela correspond à 100 sacs vendus par an.