Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 11/03/2016

Comment choisir un incubateur pour lancer sa start-up

Pour accompagner le lancement d'une start-up, de plus en plus de structures proposent un service d'incubation. Face à une offre riche et diverse d'accompagnement, le futur créateur d'entreprise doit faire le bon choix. Explications.

Nature du projet, critères d'admission, niveau d'accompagnement... sont autant de critères à prendre en compte avant de choisir un incubateur.

© Coloures-pic

Nature du projet, critères d'admission, niveau d'accompagnement... sont autant de critères à prendre en compte avant de choisir un incubateur.

1. Choisir un incubateur selon la nature du projet

Les incubateurs accompagnent les entrepreneurs en herbe pour les aider à concrétiser leur projet. Ils conseillent sur les démarches administratives, orientent vers des aides financières ou matérielles. Selon la nature de la future entité, différents types d'incubateurs existent. Certains accueillent tout type de projet, d'autres sont plus spécialisés. Par exemple, si l'innovation conçue par la start-up ne porte pas sur le domaine technologique, il est inutile de se tourner vers les incubateurs liés au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (appelés incubateurs Allègre). D'autres structures s'intéressent à des projets de nature variée, comme la biologie et la physico-chimie, l'économie sociale et solidaire ou encore les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Il est alors important de bien se renseigner sur l'accompagnement proposé car chaque structure dispose de moyens financiers, matériels et humains différents. Si, par exemple, le jeune entrepreneur a besoin d'un local pour lancer son entreprise, mieux vaut se tourner vers un incubateur qui sera capable de lui en fournir un.

2. Choisir un incubateur selon les critères d'admission

Avant de candidater, le créateur d'entreprise devra veiller à ce que son projet respecte les critères d'admission de l'incubateur. D'autant plus que le comité de sélection particulièrement vigilent à cela est souvent composé d'entrepreneurs déjà installés, de business angels et autres banquiers. Les critères peuvent porter sur :

  • le secteur d'activité ;
  • le parcours du porteur de projet. Par exemple, pour intégrer leur incubateur, les grandes écoles exigent parfois que le porteur de projet soit un élève ou un ancien élève ;
  • le soutien d'une autre structure, comme un laboratoire de recherche public pour les incubateurs Allègre ;
  • la réalisation d'un business plan, etc.

3. Choisir un incubateur selon l'accompagnement attendu

Tous les incubateurs ne proposent pas les mêmes accompagnements. Avant la phase de création d'entreprise, le porteur de projet doit se poser quelques questions sur :

  • l'échéance du projet : les incubateurs se proposent d'accompagner les start-ups sur des durées très variées, de quelques mois à plusieurs années ;
  • le besoin d'autonomie du porteur de projet : certaines structures incubatrices s'intègrent pleinement dans le projet. Ce sont, par exemple, les grands groupes industriels ou encore les incubateurs qui investissent dans la création d'entreprise ;
  • les besoins logistiques de la start-up. Disposer d'un bureau offre à l'entrepreneur un cadre professionnel, gage de sérieux pour sa clientèle future ;
  • les conseils attendus par le porteur de projet. Chaque incubateur digne de ce nom dispose d'un réseau déjà bien ficelé. C'est le moment d'en profiter.