Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 11/03/2016

Quels sont les critères d'admission des incubateurs

Intégrer un incubateur n'est pas une tâche aisée. Des critères d'admission sont mis en place et chaque dossier de candidature est évalué avec soin. Au cours de l'entretien devant un comité de sélection, le futur entrepreneur devra défendre son projet devant des experts.

Les critères d'admission des incubateurs sont variables et dépendent de la structure qui abrite l'incubateur.

© theromb

Les critères d'admission des incubateurs sont variables et dépendent de la structure qui abrite l'incubateur.

1. Les critères d'admission des incubateurs Allègre

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche propose des incubateurs. On les appelle incubateurs Allègre car ils ont été mis en place, en 1999, par le ministre d'alors Claude Allègre. Pour les intégrer, le porteur du projet d'innovation doit être suivi par un laboratoire de recherche public. Autre option : le projet doit être détenteur du concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes organisé par le même ministère. Ces incubateurs assurent ensuite un accompagnement pendant 24 mois. 28 structures de ce type existent en France. Les candidats doivent s'adresser directement à l'incubateur de leur région. Chaque projet est sélectionné selon sa maturité, son potentiel économique et son lien avec la recherche publique.

2. Les critères d'admission des autres incubateurs

Chaque incubateur met en place ses propres critères d'admission. S'il ne s'agit pas d'une innovation technologique, ce n'est pas la peine de tenter sa chance auprès des incubateurs Allègre. Mais les innovations de service, par exemple, ont aussi leur place dans une structure incubatrice. Dans certains cas particuliers, des critères spécifiques sont mis en place :

  • les incubateurs de certaines grandes écoles d'ingénieur ou de commerce n'intègrent que des étudiants ou anciens étudiants du lieu. A noter que ce n'est pas le cas de l'école Centrale de Paris, par exemple ;
  • l'incubateur des Pionnières exige qu'une femme fasse partie de l'équipe dirigeante de la future entreprise ;
  • les incubateurs de grands groupes industriels exigent généralement que le projet ait un lien avec l'activité de l'entreprise. Ils incluent alors les start-ups dans leur dispositif de recherche et développement.

3. Quelles sont les phases d'admission des incubateurs ?

La première étape du porteur de projet sera de monter son dossier de candidature. En général, les incubateurs fournissent un dossier à remplir et à remettre avant une date limite de dépôt. Les structures cherchent à obtenir un descriptif détaillé du projet. Il faudra présenter les motivations du candidat, ce qu'il attend de l'incubateur et, bien sûr, décrire avec précision le projet (problématique, secteur d'activité, prestations ou produits, potentiel économique, clientèle ciblée, partenaires, perspectives à court, moyen et long termes ou encore état d'avancement). Après une première sélection effectuée par un comité d'admission, un entretien est organisé. Les responsables de la structure incubatrice peuvent être accompagnés de spécialistes de la création d'entreprise, ainsi que d'experts-comptables ou de banquiers, par exemple, chargés de juger la fiabilité du projet. Le futur entrepreneur aura à coeur de présenter son projet de manière technique et de décrire les marchés visés. C'est généralement le conseil d'administration de l'incubateur qui rend la décision finale.