Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 28/05/2015

Comprendre la comptabilité de l'auto-entreprise

Dans le cadre du régime d'imposition simplifié dont il dépend, l'auto-entrepreneur bénéficie d'une obligation comptable allégée qui ne requiert que l'enregistrement chronologique des achats et des recettes. Contrairement à d'autres formes d'entreprises, l'auto-entreprise ne nécessite pas la réalisation, ni la présentation d'un bilan annuel. Petit tour d'horizon de la comptabilité d'un auto-entrepreneur.

Tenir un livre de recettes reste obligatoire même pour l'auto-entrepreneur.

© Aktenordner

Tenir un livre de recettes reste obligatoire même pour l'auto-entrepreneur.

1. Comptabilité de l'auto-entrepreneur : le livre de recettes

Un entrepreneur relevant du régime de la micro entreprise doit tenir à jour, et de manière chronologique, un livre des recettes encaissées. Ce dernier doit mentionner explicitement :

  • le montant et la nature des recettes ;
  • le mode de paiement ;
  • les références des différentes pièces justificatives relevées lors du règlement.

Si l'auto-entrepreneur exerce une activité commerciale de vente de marchandises, de denrées à consommer sur place ou à emporter ou de fourniture d'hébergement, il doit obligatoirement tenir un registre des achats dans lequel seront indiqués le mode de paiement et les références des pièces justificatives. Ce type de livre comptable peut être acheté dans le commerce, téléchargé sur Internet ou être saisi via un logiciel comptable. Dans tous les cas, les écritures ne doivent pas être modifiables après avoir été enregistrées.

2. Comptabilité de l'auto-entrepreneur : la facturation

Qu'il s'agisse d'une vente de biens ou d'une prestation de services, chaque auto-entrepreneur doit éditer une facture claire et précise à ses clients. A ce titre, elle doit comporter les mentions générales obligatoires suivantes :

  • date d'émission de la facture ;
  • date de la vente ou de la prestation de service ;
  • numérotation de la facture ;
  • identité de l'acheteur ;
  • identité du vendeur ou du prestataire ;
  • adresse de livraison ;
  • désignation du produit ou de la prestation ;
  • décompte détaillé de chaque prestation et produit fournis ;
  • somme totale à payer hors taxe ;
  • taux des pénalités de retard.

A noter que l'auto-entrepreneur bénéficie de la franchise en base de TVA, ce qui le dispense du paiement de la TVA. Ainsi, les ventes et prestations sont effectuées en hors taxe et chaque facture doit comporter la mention "TVA non applicable, article 293 B du CGI". Toutes les factures sont éditées en deux exemplaires :

  • la première est destinée au client ;
  • la seconde doit être conservée pendant 10 ans, car elle peut être réclamée en cas de contrôle.

3. Comptabilité de l'auto-entrepreneur : le compte bancaire

Afin de dissocier ses transactions professionnelles de ses mouvements financiers personnels, l'auto-entrepreneur doit posséder un compte bancaire spécifiquement dédié à son activité professionnelle indépendante. Pour cela, il peut ouvrir un compte bancaire dans un organisme bancaire, un établissement de crédit ou un bureau de chèques postaux. Sur ce compte, les mouvements suivants devront être enregistrés :

  • encaissement des recettes ;
  • prélèvement pour rémunération vers le compte personnel ;
  • prélèvement des dépenses ;
  • prélèvement pour les achats relatifs à l'activité ;
  • paiements effectués au titre de l'entreprise ;
  • obtention d'un prêt.