Mon compte Devenir membre Newsletters
Modifié le 30/06/2015

Comment établir les prévisions financières

Le business plan doit faire apparaître les prévisions financières de l'entreprise. Elles permettent de mesurer la rentabilité du projet. Plusieurs calculs donnent des éléments de réponse.

Le business plan doit donner une visibilité sur les chiffres clés de l'entreprise : chiffres d'affaires, rentabilité...

© Dreaming Andy

Le business plan doit donner une visibilité sur les chiffres clés de l'entreprise : chiffres d'affaires, rentabilité...

1.Les prévisions financières : le plan de financement

Les prévisions financières recensent les capitaux indispensables pour lancer le projet : c'est le plan de financement initial. Il faut donc déterminer les besoins de l'entreprise et les ressources lui permettant d'y répondre. Il faut pouvoir compter sur des entrées d'argent suffisantes pour assurer les investissements et disposer en permanence d'un fonds de roulement. Une fois les prévisions financières établies, il faudra se projeter sur un plan de financement à long terme (au moins trois ans).

2. Les prévisions financières : le plan de trésorerie

Les prévisions financières ont pour but de recenser tous les encaissements et décaissements de l'entreprise sur sa première année de fonctionnement. C'est un travail qui est déjà à faire au moment de la réalisation d'une étude de marché, lorsqu'il s'agit d'établir un budget prévisionnel. L'objectif est d'estimer la trésorerie disponible à chaque fin de mois. Dans la colonne " encaissements ", il faut notamment faire apparaître, les ventes, les apports en capital, les subventions, les emprunts, etc. Dans la colonne " décaissements " : achats de marchandises, loyers, charges, assurances, fournitures, publicité, frais de transport, impôts, taxes, cotisations sociales, salaires, etc.

3. Les formules de calcul des prévisions financières

À partir du plan de trésorerie, les prévisions financières doivent indiquer le résultat net, c'est-à-dire la différence entre l'ensemble des dépenses et l'ensemble des recettes sur un exercice comptable. Il faut donc estimer un chiffre d'affaires potentiel car c'est un élément de base du calcul. Si le résultat net est positif, c'est un bénéfice. Sinon, c'est une perte.

Il est aussi intéressant de calculer le seuil de rentabilité, c'est-à-dire le niveau de chiffre d'affaires au-delà duquel l'entreprise commence à réaliser un bénéfice. Il faut trois éléments :

  • le chiffre d'affaires potentiel (CA) ;
  • les charges fixes (CF) : loyers, salaires, charges sociales, etc. ;
  • les charges variables (CV) : celles qui dépendent du niveau des ventes.

Il faut d'abord calculer la marge sur les coûts variables : MCV = CA - CV.

Puis le taux de marge sur coûts variables : TMCV = MCV/CA.

Et enfin le seuil de rentabilité (en monnaie) : SR = CF/TMCV.

4. Exemple de calcul des prévisions financières

Un magasin vend 300 ordinateurs par an à 500 € pièce. Son chiffre d'affaires est donc de 150 000 €. Les charges fixes sont de 20 000 € par an et les charges variables de 30 000 € (100 € par ordinateur).

  • MCV : 150 000 30 000 = 120 000
  • TMCV : 120 000/150 000 = 0,8
  • SR : 20 000/0,8 = 25 000

Ce qui signifie qu'à partir de 25 000 € de produits vendus (donc 50 ordinateurs), l'activité du magasin devient rentable.

On peut aussi calculer le point mort (PM), c'est-à-dire le nombre de jours nécessaire pour atteindre le seuil de rentabilité.

  • PM = SR / (CA/360) = 25 000 / (150 000/360) = 60.

Ce qui signifie qu'à partir du soixantième jour, l'activité atteint son seuil de rentabilité.